Tendinites achiléennes par le Docteur Bellot

 

TRAITEMENTS MEDICAUX DE LA TENDINITE D’ACHILLE

Nous ne développerons pas les traitements classiques, bien connus de chacun.

Citons :

Le repos absolu, relatif, modification de l’entraînement

Le glaçage

Les Anti-inflammatoires locaux

Les AINS, voire la corticothérapie par voie générale

Les traitements Kiné, en particulier : MTP, ultrasons, électrothérapie, rééducation, étirements

La mésothérapie, quasi admis dans les protocoles classiques

La talonnette amortissante, les semelles correctrices

La correction d’un désordre métabolique, les règles hygiéno-diététiques

L’élimination d’une cause iatrogène (fluoroquinolones, statines…)

C’est La LASERTHERAPIE, et plus précisément de Laser CO2 qu’il s’agit dans notre propos.Cette technique est utilisée depuis maintenant 17 ans, et bien qu’elle soit très peu développée, et même décriée, elle mérite toute notre attention.

La mauvaise réputation du LASER s’est basée sur un certain type d’appareils, dits soft-laser vendus dans les années 85-90.

Qu’est-ce qu’un Laser ?

 

 

 

Sa définition est comprise dans le mot Laser :


 

Lumière

Amplifiée

par Stimulation

d’une Emission

de Radiations

C’est une lumière ayant 3 caractéristiques essentielles :

Monochromaticité, Cohérence, Directivité

Le Laser est composé schématiquement de 3 éléments :

Une cavité de résonance (un tube en verre fermé à chaque extrémité par miroir dont l’un est semi-transparent, permettant ainsi la sortie du rayon.

Un milieu actif (gaz, solide, ou liquide)

Un dispositif de pompage (électrique, optique)

A chaque milieu actif correspond une longueur d’onde.

LES EFFETS BIOLOGIQUES DU LASER :

Sont fonction de la longueur d’onde, de la puissance ; et du mode continu ou pulsée de l’émission.

3 TYPES DE LASERS SONT UTILISES EN THERAPEUTIQUE :

Le Laser Hélium-Néon (HeNe) émet dans le rouge, à très faible puissance, quelques mW avec une pénétration d’environ 20-30 mm.

Les Lasers à diode infrarouge (AsGa), émettant dans l’invisible entre 800 et 1100 nm, ont à peu près la même pénétration que l’HeNe, ont une action antalgique et modérément anti-inflammatoire.

Ils ont un certain intérêt dans la pathologie fraîche bénigne, lorsque leur puissance atteint au moins 3-4W.

Ces 2 types de Lasers sont des « soft-lasers ».

Le Laser CO2 est un laser chirurgical (chirurgie ORL, dermato, gynéco). Il est transformé en laser thérapeutique par un système de dispersion par des miroirs créant un balayage.

Sa longueur d’onde est de 10600 nm (IR lointain, invisible), sa pénétration n’est que de 2mm, mais sa puissance peut atteindre 50W en application thérapeutique. Il est utilisé en France depuis 1983, dans le domaine rhumatologie et de la traumatologie.

Ses actions :

– Antalgique

– Anti-inflammatoire

– Décontracturante

– Régénératrice

– Défibrosante

Font tout son intérêt dans le traitement des pathologies musculo-tendineuses chroniques.

300 CAS DE TENDINITES D’ACHILLE ont été traités en mono thérapie Laser CO2 exclusive.

Cette étude a été présentée aux journées de Médecine du Sport des entretiens de Bichat.

Nous avons utilisé un Laser CO2 à balayage de 30 W, émettant en continu ou en pulsé suivant des fréquences variables de 50 à 500 Hz ; couplé à un Laser HeNe de 3 mW pour le rendre visible.

 image005                                   cab 007

Ont peu également employer une pièce à main, qui amène le rayon ponctuellement jusqu’à la zone cible.

 

 

 

 

 

image008                         cab 011

 

Protocole : 10 mn d’exposition

3 fois par semaine, pour les tendinites fraîches, récentes

2 fois par semaine pour les tendinites chroniques

au total 5 à 15 séances, soit 10 jours à 8 semaines de traitement.

Le recul minimum pour juger des résultats était de 3 mois.

Résultats en 3 catégories :

TB très bons résultats : disparition de la douleur, reprise de l’activité sportive au niveau antérieur

B, bons résultats : reprise normale, persistance d’une douleur de dérouillage, et ou d’une douleur à la palpation, et ou d’un nodule.

N ou I, nuls ou Insuffisants : pas de reprise sportive possible même s’il existe une amélioration dans la vie courante.

TENDINITES CORPOREALES : 167 CAS

TB : 81

B : 62

N ou I : 24 Soit 143 B et TB : 85 % de succès.

43 des 95 nodules ont totalement disparus au cours ou au décours immédiat du traitement.

122 cas étaient des échecs des traitements habituels que nous avons évoqués plus haut, avec une moyenne de 7 mois d’ancienneté. L’effet est rémanent sur 4 à 8 semaines, sans traitement associé, et avec une reprise progressive de l’entraînement.

PERI-TENDINITES : 46 CAS
 

TB : 27

B : 12

N ou I : 7 Soit 39 B et TB : 85 % de succès

L’ancienneté moyenne est de 3 mois, avec un nombre moyen de 7,8 séances en 3 à 4 semaines

ENTHESOPATHIES/BURSITES : 68 CAS

TB : 39

B : 13

N ou I : 16 Soit 52 B et TB : 76 % de succès.

Ces résultats, inférieurs aux précédents, semblent en fait optimisés actuellement avec l’utilisation de la pièce à main depuis 1996, en travaillant plus ponctuellement sur la zone douloureuse.

DOULEURS POST-CHIRURGICALES :19 CAS

TB : 10

B : 4

N ou I : 5 Soit 14 B et TB : soit 65 % de succès

Ce chapitre est un peu bâtard, puisqu’il regroupe les cas de récidive nodulaire. Les bursites ou enthésopathies secondaires après peignage, pour lesquels les résultats sont équivalents aux chapitres qui s’y rapportent : dans les algodystrophies le Laser est peu efficace en phase aiguë ; l’intérêt spectaculaire du Laser CO2 se situe dans les cas de fibroses et d’adhérences cicatricielles, même à distance de l’intervention. (plusieurs années).A citer, les atrophies post-cortisoniques, avec dépigmentation, après infiltration d’une bursite, qui régénère en quelques 3 à 5 Séances.

PRECAUTIONS D’EMPLOI :

C’est un Laser de forte puissance, les dangers de brûlure sont réels, particulièrement lors de l’utilisation de la pièce à main. Utilisé normalement, le Laser CO2 provoque une chaleur agréable et l’antalgie existe dès la fin de la séance. Toutefois, si une brûlure est provoquée, elle reste superficielle du fait de la très faible pénétration des rayons.

EFFET SECONDAIRE :

Le seul effet secondaire indéniable est la recrudescence de la douleur, qui peut apparaître autant dans les premières séances qu’en fin de traitement.

La réponse est alors de 2 types :

espacer les séances

diminuer l’énergie délivrée par séance, en diminuant le temps d’exposition, ou la puissance utilisée.

On peut être amené à suspendre le traitement Laser, il n’est pas rare alors d’observer dans les jours suivants une amélioration notable que la poursuite des séances aurait compromise.

CONCLUSION :

Le Laser CO2 devrait faire partie de l’arsenal thérapeutique proposé dans les tendinites Achilléennes comme nous venons de l’exposer, mais également dans toute autre localisation dont les tendinites rotuliennes, qui feront l’objet de la prochaine étude.

Malheureusement, l’image du Laser dans le milieu médical, ternie par les déceptions des résultats des « soft-lasers », fait que les fabricants de Laser CO2 français sont rarissimes, et les étrangers (Italiens pour la plupart) sont peu enclins à investir le marché Français.

Aujourd’hui, moins de 10 appareils de ce type sont en service en France.

Docteur Tania Bellot

Centre de traumatologie du sport de la Défense

Mai 2001

 
 
 
 
Publicités
Cet article, publié dans Health and wellness, laser, Santé & bien-être, Santé et bien-être, est tagué , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s